L’HISTOIRE DU BALINTAWAK ESKRIMA

Né en 1912, Venancio "Anciong" Bacon deviendra plus tard une des légendes des Philippines et l’un des Eskrimadors le plus influent dans l'histoire. Il est né à Carcar, Cebu et s'est déplacé plus tard à la ville de San Nicolas, juste à l'extérieur de la ville Cebu. Il a appris l’eskrima dans les années 1920. Son évolution comme eskrimador a commencé à San Nicolas, puis le mènera plus tard aux combats mortels et finalement à la prison. Mais, son parcours n’a pas toujours été lugubre...Au court de sa vie, Venancio Bacon a eu de grands amis et il a formé un groupe loyal d'étudiants, qui à ce jour lui vouent une reconnaissance indéfectible.

L'héritage de Venancio Bacon, le Balintawak, est devenu un titre synonyme de Mortel. Balintawak eskrima c'est l'Économie, l'Élégance, la Force et la Vitesse développées à un niveau d'expertise maximum. C'est l'histoire de Grand Master Venancio Bacon et l'histoire de son héritage.

Au début des années 1900, les Espagnols venaient juste de quitter les Philippines, après plus de 300 années d’autorité. A leur place, sont venus les Américains. L'élite d'avant-garde de Cebu parlait toujours l'espagnol, tandis que les Américains ont commencé "à pacifier" et apprendre au reste des philippines, l'anglais d'Amérique et leur culture. C’est à cette époque que Venancio Bacon est né dans une nation aux milieux des changements et des bouleversements. Il est né dans Carcar, Cebu (mais a grandi à San Nicolas, à l'extérieur de Cebu), qui était à ce moment-là, peuplé par la classe supérieure de Cebu. Cette classe d'élite était composée d’européens, d’américains, de chinois et de métis Philippins. Au contraire, Nicolas San était composée de Cebuanos locaux et d'immigrants des villes voisines, ou d'autres îles dans les Visayas. Les gens qui vivaient à San Nicolas étaient des fermiers, des charpentiers, des pêcheurs, des paysans et les serviteurs pour la Ville de la classe supérieure de Cebu.

Venancio Bacon a commencé à recevoir une formation dans l'art d'eskrima dans les années 1920. Son seul enseignant était Lorenzo "Ensong" Saavedra, de San Nicolas, qui avait à cette époque établi le célèbre « Labangon Fencing Club ». À ce moment, alors que beaucoup de styles différents d'eskrima abondèrent, Lorenzo Saavedra a appelé le sien « Corto Linear », bien que cela soit utilisé pour nommer d'autres styles. Ses meilleurs étudiants étaient Teodoro "Doring" Saavedra, son neveu et Venancio Bacon. Les deux étaient aussi des amis très proches. Tout deux étant de grands eskrimadors, améliorant les habiletés de chacun et répondant aux défis qui sont venus suite à leurs titres nouvellement acquis.

Le Labangon fencing Club fut finalement dissous et tomba dans oubli, en laissant place à nouvelle organisation née de ses cendres.


Lorenzo Saavedra Teodoro “Doring” Saavedra

Lorenzo Saavedra Teodoro “Doring” Saavedra

En 1933, le Doce Pares Club a été formé. Dirigé par Lorenzo Saavedra, le club a été composé de trois eskrimadors de la famille Saavedra et neuf de la famille Canete. Ce groupe de 12 personnes à l'origine du groupe a ensuite été rejoint par 12 autres personnes, portant ainsi le nombre à 24 ou 12 paires. Le nom de doce Pares qui signifie douze paires en espagnol a été adopté en référence à la célèbre armée de charlemagne composée de douze fines lames. Venancio Bacon était parmi les vingt-quatre premiers. Bien qu'il y avait certaines personnalités dans le club qui allaient à l'encontre de sa propre personalité, il est resté et a joué son rôle comme représentant eskrimadors.

La Deuxième Guerre mondiale a éclaté dans les années 1940. Avec le début de l'occupation japonaise, beaucoup d'eskrimadors sont devenus des combattants, des guérilleros, et emploieront leur art pour la défense de leur nation. C’est à cette époque que, Teodoro Saavedra est mort aux mains de bourreaux qui étaient des soldats japonais.
Longtemps après la guerre, en 1952, Venancio Bacon a établi le club maintenant connu comme Balintawak (bien que d’autres écoles utilisaient aussi ce nom). Il en avait finalement eu assez des querelles personnelles et de la politique interne du Doce Pares Club.

Avec Vincente "Inting" Atillo, Delfin Lopez, Jésus Cui, Timoteo "le Timor" Maranga, Lorenzo Gonzales, Isidro Bardilas, Andres Olaibar et quelques autres, Venancio Bacon a fondé un nouveau club.

Balintawak Self Defense Club - 1952

Balintawak Self Defense Club - 1952
Quelques légendes du Balintawak

1. Delfin Lopez
2. Venancio "Anciong" Bacon
3.
Major Timoteo Maranga
4. Vicente Atillo

Le club nouvellement formé a commencé a donner des formations dans l'arrière-cour (le jardin) d'un magasin de montre appartenant à Eduardo Baculi, un des étudiants de Venancio Bacon. Ce magasin était localisé dans une petite rue transversale appelée Balintawak Street. La signification du nom Balintawak évoquait les trois vertus que sont la Force, le Courage et l'Honneur convenant à celui du nouveau club. Ainsi, depuis ce jour le mot Balintawak serait pour toujours indissociable du nom Venancio Bacon et du style d'eskrima qui a prouvé sa violence et son efficacité maintes et maintes fois.

Venancio Bacon était un homme très modeste. Il était un vétéran de beaucoup de combats mortelles dans Cebu. Décrit par beaucoup de ses étudiants comme la « foudre vite », Venancio Bacon manœuvrait lors d’un combat en exploitant sans à-coups l'équilibre de ses adversaires et la coordination. Il était connu pour être très précis avec un bâton, capable d'employer une force variable sur des cibles précises sur le corps de son adversaire.

Mais, sa qualité la plus grande et son atout étaient son désir constant d'innover et d'améliorer son art, développant continuellement des techniques pendant des années et ne cessant jamais dans cette voie. Il a appris son art à ceux qui ont désiré l'apprendre.

Parmi ses tous premiers étudiants était Delfin Lopez, très connu à Cebu. C’était un flic dur, un coureur de jupons… Delfin Lopez était déjà un combattant expérimenté quand il a rencontré Venancio Bacon, mais il a vu quelque chose dans le petit homme. M. Lopez était plus grand, plus imposant que Venancio Bacon. En évaluant sa force dans un combat amical avec Venancio Bacon, Delfin Lopez a bientôt réalisé la limite de ses habiletés de combattant. Les deux hommes avec des bâtons simples se sont mesurés, M. Lopez a pris l'offensive et s'est précipité vers son adversaire et se retrouva désarmé et projeté. Après avoir reçu de multiples coups au corps, Delfin Lopez est projeté au sol, au-dessous de l'ombre de Venancio Bacon. Le combat a seulement pris quelques secondes, mais pour M. Lopez, Venancio Bacon venait de convaincre un autre étudiant loyal.

Les années 1950 et les années 1960 ont vu "l'Âge D'or" de l’eskrima à Cebu. Des Eskrimadors de divers camps, principalement les deux déjà mentionnées, se testèrent chacun lors de défis. Certains aboutissaient à des blessures et d’autres parfois à la mort. Certains étaient dans des circonstances honorables, tandis que d'autres déloyaux. Vincente "Inting" Carin du Doce Pares s'est trouvé attaqué par de multiples assaillants, encourant des blessures diverses, mais en rendant doublement des blessures mortelles à ses attaquants. Delfin Lopez fût poignardé par derrière, Venancio Bacon a été pris en embuscade dans l'obscurité en marchant vers sa maison dans Labangon. Il a tué son assaillant. C’est dans ces circonstances que les légendes se sont construites et les habiletés ont été évaluées. Les survivants de cette période ont gagné leur place dans l'histoire.

Beaucoup de Balintawak eskrimadors ont taillé pour toujours leurs noms dans les murs de l'histoire. Parmi tous ces combattants, il y avait Timoteo "le Timor" Maranga, Arnulfo Mongcal, Jose Villasin, Teodoro "Teddy Buot" et Teofilo Velez. Ils étaient aussi les hommes qui seraient plus tard responsables de présenter le Balintawak au reste du monde.

Venancio Bacon a été mis en liberté conditionnelle au milieu des années 1970. Quand il est retourné à Cebu, il a continué à surveiller les étudiants, s'assurant que la qualité du Balintawak était toujours aussi élevée depuis qu’il l'avait laissé. M. Bacon a régulièrement suivi des sessions de formation conduites par Jose Villasin et Teofilo Velez.


GM bacon et Johnny Chiuten

GM Chiuten et GM Villasin

GM Jose Villasin GM Teofilo Velez

Atty. Jose Villacin, Johnny Chiuten,

Anciong Bacon and Teofilo Velez

C'était là que Venancio Bacon a vu un aperçu de la génération suivante des combattants de Balintawak. Il a été satisfait. Venancio Bacon savait que ses vieux étudiants, Arnulfo Mongcal, Jose Villasin, Teodoro Buot, Teofilo Velez et quelques autres continueraient à perpétuer le nom Balintawak et produiraient de formidables eskrimadors pour les années à venir.

1976 Fort de San Pedro à Cebu City

Bobby Taboada, Romeo Dela Rosa, Chito Velez and Nick Elizar

Quelques années après, Venancio Bacon est mort, laissant derrière lui un héritage maintenant connu dans le monde entier comme le Balintawak.

Les successeurs de Bacon ont rapidement commencé à systématiser le programme d'étude du Balintawak. Atty. Jose Villasin, a mit au point le système des groupes pour que les étudiants puissent avoir une progression régulière. Sur ce point, plusieurs écoles distinctes de Balintawak sont apparues. Beaucoup d'anciens étudiants de Bacon, ainsi que des étudiants de Saavedra ont continué à enseigner avec la vieille méthode, sans groupe, en Random, contrairement à Villasin et Velez qui ont enseigné avec l’utilisation des groupes.

Aujourd’hui, on peut conclure que le Balintawak original de Bacon n’est plus enseigné, bien qu’il existe encore des clubs de Balintawak qui continuent à enseigner leur version du système sans les groupes.

Les principes et les concepts du Balintawak ont cependant trouvé leur voie dans beaucoup de méthodes d’arts martiaux philippins, comme le célèbre Remy Presas du modern Arnis qui s’initia au Balintawak.

Beaucoup de pratiquants de Balintawak sont devenus notables. Ceux ci incluent Timoteo Maranga, Arnulfo Mongcal, Jose Villasin, Teodoro, Sam Buot, Teofilo Velez…

Ils ont eu la responsabilité de développer le Balintawak dans le monde entier.

Les deux professeurs les plus prolifiques du Balintawak furent Atty. Jose Villasin et Teofilo Velez.

De nos jours, par les efforts d’une autre génération d’eskrimadors (Bobby Taboada, Nick Elizar, Sergio Arcel, les frères Velez, Sam Buot, Bobby Tabimina, Danny Vedua, GM Nene Gabucayan, Rodrigo Maranga…), le Balintawak est connu dans le monde entier, comme étant l’un des styles les plus respectés d’Eskrima.

Il est de notre devoir, à notre humble niveau, de continuer à promouvoir et préserver ce formidable art martial, pour de nouveau le transmettre aux générations à venir.

 

Le fondateur du Balintawak

Venancio “Anciong” Bacon